Le Blogue - la sécurité d'être bien assuré!

3 mythes tenaces sur l’assurance auto

Johanne Laramée | 21 juillet 2016
Un sondage effectué récemment pour le compte du Groupement des assureurs a révélé que certains mythes tenaces perdurent. Faites-vous partie des conducteurs éclairés?

La couleur de mon automobile joue un rôle dans le coût de mon assurance

Bien qu’un assuré sur cinq (21%) croie encore que la couleur de l’auto jouera un rôle dans le montant de sa prime, c’est faux.

Ce sont plutôt d’autres critères qui permettront de déterminer le montant de votre prime d’assurance, parmi lesquels on trouve, par exemple, les statistiques de vol du modèle, votre dossier de conducteur ou le lieu où vous stationnez votre véhicule (votre lieu de résidence), sans compter les calculs actuariels de chaque assureur et les différents rabais que vous pourriez obtenir en fonction de vos autres assurances, de votre choix de franchise ou de votre type de conduite.

Quelle que soit ma responsabilité dans l’accident, je dois toujours payer la franchise indiquée à mon contrat d’assurance auto

44 % des conducteurs croient qu’ils devront systématiquement payer la franchise indiquée au contrat, quel que soit le déroulement du sinistre.

En réalité, l’assureur tient compte de la responsabilité dans l’accident. Dans la plupart des cas, la responsabilité est déterminée en se basant sur la  Convention d’indemnisation directe (CID) contenant les différents scénarios d’accident.

Dans ce cadre, dans le cas d’une collision non responsable, l’assureur vous indemnisera même si vous n’avez pas de couverture pour la collision et sans que vous n’ayez à payer de franchise.

À l’inverse, si vous êtes responsable de l’accident, vous serez indemnisé seulement si votre police couvre la collision et vous aurez à payer la franchise ; ces restrictions seront aussi valides si la Convention d’indemnisation directe ne s’applique pas (par exemple, si l’autre véhicule impliqué dans l’accident est immatriculé hors Québec ou si le tiers n’a pas d’assurance).

Je ne suis pas assuré pour la collision : il est inutile de déclarer puisque je ne serai pas indemnisé

42 % des conducteurs ne savent pas que leur assureur tient compte de leur responsabilité lors d’une collision pour déterminer comment les indemniser. Pire, 69 % ignorent que leur contrat d’assurance automobile les couvre à la suite d’une collision non-responsable, même s’ils n’ont pas de couverture pour les dommages à leur véhicule !

Pourtant, si l’assuré est non responsable, l’assureur l’indemnisera pour l’ensemble des dommages matériels à son automobile même s’il n’est pas assuré pour la collision ; tandis que si l’assuré est responsable des dommages, l’assureur l’indemnisera en fonction des protections prévues à son contrat seulement.

À noter qu’en revanche, la règle du « no fault » s’applique aux dommages corporels depuis 1978 : dans le cas de blessures physiques, vous êtes indemnisé par la SAAQ sans égard à votre responsabilité, et ce, même si l’accident a lieu à l’extérieur du Québec.

En tout temps, lorsque vous n’êtes pas sûr, n’hésitez pas à rejoindre votre courtier pour obtenir de précieux conseils.

 

À propos de l’auteur

Johanne Laramée

Johanne est directrice de la souscription en assurance des particuliers et courtier en assurance de dommages chez Lussier Dale Parizeau.

Johanne Laramee directrice chez Lussier Dale Parizeau
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *