Le Blogue - la sécurité d'être bien assuré!

Parlez-vous « Assurance » ?

Vol de vélo | Assurance de personnes | Lussier Dale Parizeau
Esther Ghavitian | 28 Mars 2014

Pour un non-initié, le langage complexe de l’assurance est souvent décourageant. Faites-vous partie des personnes qui, comme 58 % des répondants d’un sondage SOM réalisé en octobre 2011, déclaraient que les termes utilisés dans les polices d’assurance ne sont pas clairs ?

D’après la Chambre de l’assurance de dommages (ChAD),  « des études ont montré que le niveau de compréhension du langage juridique était très limité. Pas moins de 16 années de scolarité permettraient d’en comprendre le sens, ce qui correspond à un niveau universitaire au Québec. »

Les mots sont techniques, c’est vrai… non pas pour le plaisir de nous compliquer la vie ! Simplement à cause de leur portée juridique précise, qu’il est difficile de mettre de côté. Face à ce constat, les intervenants du milieu se mobilisent et fournissent de plus en plus de ressources.

Trois bons lexiques en ligne

Ils « traduisent » les termes techniques les plus utilisés. Vous y trouverez par exemple la définition de mots plutôt complexes comme « avenant », « cause fortuite », « vice propre » ou encore « tierce partie » !

J’appelle mon courtier à l’aide !

Les ressources en ligne, c’est bien. Mais votre courtier est là aussi pour vous informer !

C’est vrai qu’en faisant une simple recherche sur Google, on trouve aujourd’hui des questions à la majorité de nos réponses, comme « Qu’est-ce que l’assurance responsabilité civile ? ». Toutefois, il convient de faire preuve de prudence en vérifiant qui publie l’information. On trouve des informations provenant de sources sûres mais aussi des forums où chacun s’exprime librement. Et puis… parler à un humain, c’est tellement plus convivial !

Au final, votre source d’information la plus fiable reste certainement votre représentant en assurance de dommages.  

Comme l’explique très bien Me Jannick Desforges, directrice du Service des affaires institutionnelles et de la conformité des pratiques à la ChAD, votre agent ou votre courtier est soumis à un code de déontologie qui l’oblige à « expliquer, démystifier et vulgariser le vocabulaire, les concepts et les contrats, afin de donner toutes les clés aux consommateurs pour choisir les protections les plus adaptées à leur situation. »

Alors, quand vous ne comprenez pas… ne vous gênez pas, demandez ! 

 

À propos de l’auteur

Esther Ghavitian

Esther travaille en communications et marketing - ventes et stratégies chez Lussier Dale Parizeau.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *