Le Blogue - la sécurité d'être bien assuré!

Un marché immobilier en pleine ébullition

Lussier Dale Parizeau | 4 mai 2021
Février 2021, monsieur Veilleux, propriétaire d’immeubles locatifs, publie sur les réseaux sociaux une annonce pour le jumelé qu’il a à louer. À la minute près, sa messagerie est inondée : près d’une centaine de personnes sont intéressées à visiter ou même à louer sans visiter. Des gens du coin, oui, mais surtout des citadins qui cherchent à s’établir en région et vite. Une arnaque? Non… seulement les effets du boom immobilier généralisé.

Après quelques visites triées sur le volet parmi les nombreuses demandes, il finira par louer à un jeune couple, prêt à payer plus que le prix demandé. Surenchère. Lutte pour obtenir la propriété. Abandon de l’étape de l’inspection pour les propriétaires. La frénésie immobilière se fait sentir partout. Pourquoi ?

La pandémie, la seule coupable ?

L’explosion des prix des maisons ne date pas d’hier. Il faut d’abord remonter aux années 2000 pour constater qu’à cette époque, les prix réels de l’immobilier au Canada ont grimpé de près de 160 %, selon les données de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). C’est bien plus que l’évolution observée dans d’autres pays. Il y a aussi le fait que le Canada n’a pas connu de grand krach immobilier en 2008, contrairement aux États-Unis. Notons également que notre pays a accueilli une importante quantité d’immigrants, ce qui a ajouté une pression sur notre parc immobilier.

Plus récemment maintenant, depuis des mois, les taux hypothécaires anormalement bas, jumelés à une demande immobilière grandiose et à une offre insuffisante sont responsables de la hausse des prix des propriétés. Il y avait certes un certain engouement avant la COVID, mais depuis celle-ci, la situation ne fait que prendre de l’ampleur.

À cet effet, au Québec, le phénomène de surenchère se concentrait davantage dans la région de Montréal, mais actuellement, il s’étend un peu partout dans la province. Les banlieues et les régions situées près des grandes villes ont la cote. Les uns cherchent la tranquillité et la nature pour vivre leur confinement, les autres se voient obligés d’emménager dans plus grand avec leur nouveau mode de vie conciliant télétravail et école à la maison. Bien que cette pandémie mondiale ait sans doute une fin, les ménages pensent au long terme et souhaitent s’offrir une meilleure qualité de vie loin du « métro-boulot-dodo ». Mais pas à n’importe quel prix…

S’acheter une maison, toute une mission

Il fut un temps où vous acheter une maison signifiait un bon moment en famille à magasiner celle de vos rêves, correspondant en tout point à vos attentes et à votre budget. Aujourd’hui, il en est tout autrement vu le débalancement de l’offre et de la demande. Offres d’achat exagérément plus élevées que le prix affiché. Prix demandé beaucoup trop élevé pour la qualité de la maison. Visites pressées n’excédant pas les 15 minutes. Vous devrez vous armer de patience, car pour le moment, le marché immobilier ne démontre aucun signe de relâchement.

Et quand vous l’aurez enfin trouvée, nous serons présents pour vous conseiller quant aux meilleures protections pour votre assurance habitation.

À propos de l’auteur

Lussier Dale Parizeau

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *